The Brooks
Freewheelin’ Walking

Ce matin-là, je m’apprêtais à aller séjourner dans un chalet avec des amis. Cependant, tout juste avant de partir, j’entends parler du tout nouveau minialbum d’un groupe que, à ce moment-ci, je n’avais jamais vraiment entendu parler. The Brooks, un collectif soul-funk montréalais qui vient tout juste (c’est ce que j’apprends) de lancer un regroupement de quatre chansons intitulé Freewheelin’ Walking. Je vais rechercher le EP sur internet, le télécharge dans mon cellulaire et, en deux temps trois mouvements, je suis partie pour une fin de semaine au chalet.

Deux jours passent sous les airs de cette musique que je viens de découvrir.

Bon. D’abord, si j’ai bien une chose à dire sur le EP, c’est que quatre chansons, ce n’était définitivement pas assez. La touche replay a surchauffé à force de réécouter en boucle la trame d’une vingtaine de minutes et c’est pour ainsi dire que la fête a éclaté au chalet cette fin de semaine sous les airs de The Brooks. Priceless, la quatrième chanson de l’album, m’a complètement fait craquer.

Un vrai petit bijou musical qui mérite d’être découvert.

Mais parce que tout peut sembler un peu brouhaha à la première écoute de ce minialbum-ci, (même si, après l’avoir apprivoisé comme il se doit, je me suis rendue compte que ce n’était pas le cas) j’ai décidé de mettre un peu d’ordre dans ce gros party-là. Ainsi, voici les termes qui, selon moi, décrivent au mieux le EP Freewheelin’ Walking. Prêts?

Festivité. C’est sans nul doute le premier mot qui viendrait à l’esprit de quiconque écoute le minialbum pour la première fois. C’est le début de l’été, la bière est ouverte, les lunettes fumées sont sorties et, croyez-moi, il ne manque plus que le haut-parleur branché sur Freewheelin’ Walking. The Brooks est définitivement le genre de groupe qui sème la bonne humeur, que ce soit par les rythmes funky de leurs compositions ou les paroles rassembleuses qui nous donnent envie de sortir dehors, de célébrer sur une terrasse et de sortir les trompettes.

Bon, d’accord, les trompettes étaient peut-être de trop finalement. Mais quand même, vous voyez le portrait.

Liberté. À tous les trippeux de chansons plutôt axées sur les instruments, aucun doute que vous allez adorer Freewheelin’ Walking . Rarement aie-je entendu des titres aussi libres dans les longues lancées instrumentales, notamment la pièce-titre qui, d’une durée de sept minutes, monte de plus en plus en intensité avec le saxophone et la trompette. Même si, je dois l’avouer, j’aurais souhaité que cette lancée monte encore plus en intensité, je me suis laissée emporter par cette vague d’instruments exécutés à la perfection et en parfaite harmonie. J’ai senti divers univers explorés à travers seulement quatre titres, certains plus énergiques, d’autres plus doux, ainsi, nul doute que le minialbum fait preuve d’une grande liberté.

Complexité. D’abord, on doit se le dire, The Brooks est un groupe complexe par le simple fait qu’il est composé de huit musiciens. Instruments variés – guitare, basse, batterie, percussions, clavier, trompette et saxophone – la magnifique voix d’Alan Prater vient planer au-dessus d’eux, cependant sans pour autant leur voler la vedette. L’énergie créée par ces divers tons différents crée ainsi une ambiance très complexe, mais pourtant facile à apprécier par quiconque n’écoute pas ce genre musical normalement. Nul besoin de spécifier que c’est un réel orchestre qui se cache derrière Freewheelin’ Walking, qui témoigne du grand talent de ces artistes.

Succès. Alors que le jazz et le funk ne sont pas particulièrement mes styles préférés, je dois avouer que ce minialbum m’a donné le goût d’en écouter beaucoup plus. J’ai pris goût, seulement avec la courte durée de cet EP, de découvrir les divers univers dans lesquels nous plongent les instruments d’harmonie. C’est tout un hommage qui a été créé envers ce style musical et nul doute que nous n’avons pas fini d’entendre parler de The Brooks. Outre ces cinq chansons lancées le 1er juin dernier, ils se lancent également très prochainement dans une toute première tournée en Europe et je leur souhaite tout le succès possible puisque leur musique, en plus de donner le goût de fêter, rassemblera bien des voix et des cœurs cet été.