Un Choses Sauvages c’est bien, mais « II » c’est mieux!

Choses Sauvages
II
(Audiogram)

Je ne vous mentirai pas, j’avais plus que hâte que ce deuxième album complet de Choses Sauvages prenne d’assaut les plateformes d’écoute en ce 15 octobre 2021. Quand j’ai reçu l’album, j’étais vraiment fébrile à l’idée d’appuyer sur play. Il faut avouer que le premier album avait frappé tellement fort et que les deuxièmes albums ont trop souvent mauvaise réputation. Je vous rassure tout de suite, « II » lui succède parfaitement et frappe autant, voire même plus!

Dès la première pièce, Homme-Machine, on nous attaque de sons électroniques qui démontrent que la formation a changé légèrement sa formule. Sur « II », les musiciens exploitent davantage les aiguës qui contrastent merveilleusement avec les basses. On s’y permet aussi plus de créativité, plus d’hétéroclicité et ça fait son effet! Si on reconnaît très bien les touches bien groovy-disco-funk auxquelles ils nous ont déjà habitués, on devine que les efforts ont été mis pour créer un album différent du précédent. Déjà sur le premier « Choses Sauvages », ils savaient créer des loops qui n’étaient pas banales. Ici on amène le tout à un autre niveau en intégrant davantage d’influences électroniques et de nu-disco. De plus, on y trouve une part plus importante de jams et d’élans complètement instrumentaux. Si certains riffs de fond sont volontairement répétitifs, ils établissent les assises afin de laisser plus de liberté aux instruments. Il en résulte un délire de sonorités qui ne peut que nous captiver et stimuler notre encéphale.

Sur Colosse (qui se veut une suite logique à Ariane issue du premier album), Laurence-Anne apporte un peu de féminité dans cette formation entièrement masculine. En juxtaposant sa voix à celle de Félix Bélisle, elle procure à la pièce une touche vaporeuse et sensuelle. Entre les chants, la guitare exécute des solos qui ajoutent un côté mélancolique. La chanson s’impose comme un doux respire dans l’explosion rythmique de l’album.

D’autres pauses, cette fois plus introspectives, se retrouvent également sur La Musique, Interlude et Face D. On y découvre la voix monocorde de François Borgeat, un réputé professeur universitaire ayant étudié la perception subliminale. Dans les années 80, ses expérimentations l’ont mené à une émission expérimentale, « détente subliminale », diffusée sur la chaîne de radio 99,5 CIME FM dans les Laurentides. Trois volumes synthèses ont été gravés sur vinyle dont l’une des copies s’est retrouvée entre les mains du guitariste et claviériste Thierry Malépart. Choses Sauvages a alors échantillonné la voix du professeur pour l’ajouter à leurs compositions. Le résultat est percutant et vise toujours aussi juste. Actualisées par ces nouvelles trames musicales, ces paroles d’un autre temps nous invitent à prendre une pause dans le moment présent.

Ce choix éclectique, parfois même ésotérique, supporte assurément les propos de l’album. On y exploite poétiquement un champ lexical qui parle de temple, d’astres protecteurs et de fantômes. Le mythique avait d’ailleurs déjà été adroitement abordé sur Dimension. Ce premier extrait aux airs asiatiques était accompagné d’un clip réalisé par Marc-Antoine Barbier (guitare). On y présente les membres du groupe exécutant une danse spirituelle afin d’invoquer des esprits colorés. Présentés sous forme de taches animées, ces esprits ont d’ailleurs été imaginés par l’artiste visuel et musicien Gaspard Eden.

Il n’y a aucun doute, la créativité est débordante chez Choses Sauvages. « II » se révèle une œuvre qui sort des sentiers battus et qui redéfinit la culture pop québécoise. Les titres qui le composent ne font pas que s’enchaîner, mais proposent une belle variété d’ambiances dans lesquelles on navigue avec fluidité. Si mes attentes me laissaient dans la crainte d’être déçues, elles ont été plus que dépassées. Je suis tombée en amour avec ce deuxième album dès ma première écoute. J’espère sincèrement qu’il en sera de même pour vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *