Mile Ex End Musique dévoile sa programmation… et nous donne le goût de faire un tour de 20!

Oui, oui, on le sait, LE rendez-vous musical de la Fête du travail, c’est le FME à Rouyn. On est au courant, been there, done that, pis on va encore y être cette année!

Mais saviez-vous que depuis quelques années, il était possible de vivre cette fin de semaine-là une expérience musicale super intéressante, de manière tout à fait relax, sans devoir traverser une réserve faunique et un parc provincial?

Mile Ex End propose tout ça sous le viaduc Rosemont-Van Horne à Montréal! Au beau milieu de la ville, loin du quartier des spectacles et du parc Jean-Drapeau, on pourra y voir des jeunes qui émergent, des légendes, des artistes établis qu’on adore (et qu’on voit trop peu souvent), du monde d’ici et d’ailleurs, des Autochtones… y’a même du monde de Québec! Et si vous aimez l’humour, vous allez être gâtés : la dernière journée du festival y est consacrée.

Mais bon, nous, on est là pour parler musique. Et cette année, les organisateurs de Mile Ex End ont concocté une programmation musicale vachement éclectique (tout en demeurant très… canadienne). Du 30 août au 2 septembre, on pourra voir des artistes établis comme FeistChromeoLes Cowboys Fringants et Galaxie, des légendes comme Daniel Lanois, des gros noms des Zétats comme J Mascis, des étoiles montantes comme Geoffroy et Alaclair Ensemble, une couleur autochtone et inuite avec A Tribe Called RedElisapie et Natasha Kanapé, des talents qui émergent comme La ForceÉmilie Clepper et Lou-Adriane Cassidy et plusieurs autres!

La beauté de ce festival, c’est que la plupart de ces jolis noms ne s’opposent pas l’un à l’autre. Il est donc beaucoup plus facile de se monter un itinéraire sans trop de dilemmes (à part le moment idéal pour aller manger, après tout, le coin regorge de petits restos sympas) et de suivre le courant.

C’est un peu pour ça que Mile Ex End ressemble davantage à une grosse fête de quartier (payante) qu’à un gros festival urbain. On y relaxe. On s’y détend. On s’amuse sans devoir constamment regarder sa montre de peur de manquer le prochain show. L’anglais et le français s’y mélangent de façon beaucoup plus harmonieuse qu’à Osheaga, et ça, c’est pas juste sur scène.

Le décor, un brin industriel, est magnifique, et les organisateurs savent l’aménager intelligemment avec peu de moyens.

Non, vraiment, ça sent le voyage à Montréal à la fête du Travail.

Les laissez-passer (pour toute la fin de semaine) et les billets journaliers sont en vente dès maintenant.

Plus de détails au https://mileexend.com.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here