[SPECTACLE] Philippe Brach au Satyre Cabaret-spectacle (21 octobre 2016)

C’est avec le fameux gros masque d’œil au visage et son vieux t-shirt (anciennement appartenant à son guitariste) Yoko Ono sur le dos que Philippe est embarqué sur scène, en poussant des cris aigus comme sur le début du dernier album Portrait de famine.

« Merci pour la soirée !» a-t-il lancé après une seule chanson. Phillippe enchaîne en nous expliquant qu’il a toujours aimé les shows des années 1950 où ils mettaient le générique au début. C’était un beau clin d’oeil à cela, mais c’était surtout déstabilisant et je dirais même que ça a donné le ton à une ambiance disjoncté, éclectique et intense tout au long du spectacle.

Devant la salle remplie du Satyre Cabaret-spectacle, Philippe s’est amusé à faire des galipettes sur scène avec des bas troués. D’ailleurs, au retour de l’entracte, il nous est revenu avec des beaux bas blancs sans trous offerts par une personne du public !

Philippe Brach, c’est un artiste généreux parce qu’en plus de jouer plusieurs chansons de son album Portrait de famine, il a aussi chanté une chanson qu’il n’avait pas fait encore sur cette tournée, soit Downtown de l’album La foire et l’ordre. Philippe Brach, c’est aussi un gars très drôle. Dans la chanson Le matin des raisons, entre les phrases « J’aimerais ça me dire que c’tait beau, que c’tait con, qu’on s’en criss » et « mais ch’tellement bien entre des ceux cuisses », il a trouvé le temps de prendre une énorme gorgé de bière, qui, j’avoue, m’a quasiment stressé de peur qu’il s’étouffe.

Tout en nous rappelant que 93% de son répertoire parle de choses joyeuses, ironiquement vous l’aurez compris, il nous lance « ça fait que cette chanson parle de sodomie »!

J’ai compris que le public attendait trois pièces ce soir-là: Alice, Dans ma tête et Bonne journée. La pièce Alice a été chantée en chorale, tout le monde ensemble et c’était magique. Il en a été tout autrement pour Bonne journée qui, malgré la volonté du public, le rythme n’était pas leur fort, car les claquements de doigts n’étaient vraiment pas sur le tempo. C’était un merveilleux moment tout de même.

Ça n’a pas pris beaucoup d’effort pour faire lever la foule: un petit shooter avant le dernier rappel, un « yeah Tihar…SirPat » et tous les gens se sont levés pour danser comme dans un gros spectacle rock sur D’amour, de booze, de pot pis de topes. Laissez-moi vous dire que ça finit bien un spectacle. Et parce que les gens en redemandaient encore, il a terminé avec la chanson Black Swan de Thom Yorke, qui est en parfaite harmonie avec l’univers du spectacle depuis le début.

On n’a jamais su pourquoi Philippe avait un bandage à la main, mais on a clairement compris pourquoi la salle était pleine ce soir-là : ce gars est un génie des mots et un interprète  d’une folie et d’une intensité inimaginable !

[gallery type="rectangular" td_select_gallery_slide="slide" ids="33532,33531,33530,33529,33528,33527,33526,33525,33524,33523"]    ]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *