[La Grosse Lanterne] Samedi 8 août 2015

La foule pendant Koriass (crédit photo : Marion Desjardins) La foule pendant Koriass (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption] [caption id="attachment_10564" align="alignleft" width="302"]Bernhari (crédit photo : Marion Desjardins) Bernhari (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption]

Béthanie : pas de chance de tomber là par hasard. Ceux qui s’y sont rendus voulaient vraiment y être et ça paraissait dans l’écoute et la bonne humeur générale. La Grosse Lanterne récidivait donc pour une deuxième édition relevée. C’est devant quelques curieux que Gabrielle Papillon a amorcé la journée avec son folk intime.

Il y avait déjà un peu plus de monde pour Bernhari. Il a livré avec son excellent groupe une performance étincelante, et ce malgré la foule assise (qui semblait somme toute apprécier). Un coup de coeur arrivé tôt dans la journée;une de ces fois où on maudit le format “courte prestation” des festivals!

[caption id="attachment_10565" align="alignleft" width="312"]Face-T (crédit photo : Marion Desjardins) Face-T (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption]

J’ai entendu le reggae de Face-T au loin, profitant d’un moment pour visiter le site. Tu sais que tu es dans un festival spécial quand tu peux aller acheter ta viande fraiche dans un petit stand local (ou des pops super granos (et délicieux)) et la faire cuire sur des BBQ mis à la disposition de tous. Les gens semblaient aussi apprécier la présence de deux food-trucks qui servaient de la bonne bouffe en plus d’ajouter du cachet à l’évènement. Pour ma part, gros coup de coeur pour tous ces petits à côté!

[caption id="attachment_10566" align="alignleft" width="300"]Dear Denizen (crédit photo : Marion Desjardins) Dear Denizen (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption]

Retour vers le devant de la scène pour découvrir Dear Denizen. Le chanteur, Chris Ngabonziza, très charismatique a offert une excellente performance pendant le plus chaud moment de la journée. Les enfants dansaient déjà lorsqu’il a exhorté la foule de se lever et bouger sur les rythmes rock et groovés de leurs entrainantes chansons. Très bon moment.

[caption id="attachment_10556" align="alignleft" width="300"]Ponctuation Ponctuation (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption]

Ponctuation a également tout donné devant une foule emportée par les riffs accrocheurs du trio. On était déjà vendu à leur cause, ils n’ont pas déçu. Après, Heat est arrivé avec son rock un peu paresseux. Ça tuait un peu le mood établi par les groupes précédents alors après quelques chansons, nous sommes allés tester le BBQ.

[caption id="attachment_10558" align="alignleft" width="300"]Milk & Bone Milk & Bone (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption]

Ensuite la pop rêveuse de Milk and Bone a été la première a attirer une plus grande foule. Je trouve que le format à deux claviers montre rapidement ses limites, mais à voir la qualité de l’écoute des spectateurs, on peut dire que les deux filles ont déjà une base de fan solide. La reprise de “Death with dignity” de Sufjan Stevens était très réussie.

[caption id="attachment_10557" align="alignleft" width="300"]Heat (crédit photo : Marion Desjardins) Heat (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption] [caption id="attachment_10559" align="alignleft" width="300"]Koriass (crédit photo : Marion Desjardins) Koriass (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption]

Je n’ai jamais su apprécier le hip-hop; impossible d’expliquer pourquoi. Pourtant Koriass a réussi à me mettre sur le cul avec une performance énergique, tantôt drôle, tantôt émouvante. Beaucoup de subtilité dans un style qui en manque parfois (mon avis de non-initié ici… je sais). Phil Roy et Safia Nolin ont tous deux fait un caméo dans son spectacle. Il a aussi rendu hommage à Sean Price décédé plus tôt dans la journée. Il est très impressionant à voir rapper. Wow!

[caption id="attachment_10561" align="alignleft" width="300"]Karim Ouellet (crédit photo : Marion Desjardins) Karim Ouellet (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption]

Karim Ouellet avait pour sa part une impressionnante cohorte d’admirateurs. Il n’avait aucune difficulté à faire chanter les spectateurs (surtout -trices). Son style désinvolte et sympathique est contagieux. Judidieux ajout à la programmation. “Marie-Jo” en finale, d’abord seul à la guitare, puis accompagné de son orchestre (les 2 gars de Mister Valaire offrent une dimension ultra-festive à sa musique) fut un des très beaux moments de cette journée. Beaucoup de monde se démenait dans la foule pendant Loud Lary Ajust. J’avais déjà eu ma (bonne) dose de hip-hop pour la journée, alors on s’est reposé en attendant Malajube.

[caption id="attachment_10562" align="alignleft" width="300"]Loud Lary Ajust (crédit photo : Marion Desjardins) Loud Lary Ajust (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption] [caption id="attachment_10563" align="alignleft" width="300"]Malajube (crédit photo : Marion Desjardins) Malajube (crédit photo : Marion Desjardins)[/caption]

Les visages ont changé quelque peu au-devant de la scène entre les deux groupes, mais la performance du quatuor était décidément fort attendue. Les gens autour pariaient sur la première chanson de la soirée (c’est finalement Casse-Cou qui aura été choisie par le groupe), scandaient le nom du groupe et s’agitaient. On a aussi entendu le magique: “Julien Mineau, tu es mon chum pis tu le sais pas!” La foule à l’avant a embarqué à pieds joints dans cette performance fort bien ficelée. Plusieurs classiques furent joués tout au loin du spectacle parmi lesquels se sont faufilés 2 nouvelles chansons (Suzanne aux yeux noirs et Mélotrope), deux pièces prometteuses à la fois complexes, lentes et lourdes qu’il faudra réentendre pour se faire une véritable idée. Après l’énergique Robot sexy, Julien Mineau de s’écrier: “C’est du sport Malajube”. On approuve. Critobald en clôture de programme a été comme d’habitude un exemple de la puissance sonore du groupe et de l’apport de tout un chacun. Puis, le groupe est revenu sous les acclamations pour une version absolument époustouflante et épique d’ursuline. La quantité de commentaires élogieux sur Malajube en sortant de la Grosse Lanterne prouvait bien que tout le monde venait de passer un excellent moment. Vivement le prochain disque!

La grosseur de la foule (malgré la qualité) n’était probablement pas à la hauteur des attentes des organisateurs, mais j’espère te revoir Grosse Lanterne parce que tu es un festival différent avec une âme et visiblement mené par des gens passionnés.

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *