[SPECTACLE] Claude Bégin, Le Cercle, 16 avril 2015

Première Claude BéginCe qu’il était attendu, ce premier spectacle solo complet de notre nouveau chanteur de charme préféré! On avait eu une petite idée de ce dont il était capable lors de la pendaison de crémaillère de l’Impérial Bell, on avait bien hâte de le voir aller pendant une grosse heure. C’est donc dans un Cercle bien rempli que Claude Bégin a défendu les pièces de son excellent album Les magiciens. La magie n’a d’ailleurs pas tardé à s’installer malgré l’étroitesse de la scène, qui était densément peuplée avec d’excellents musiciens (dont un Karim Ouellet qui prenait son pied dans un rôle de soutien – je suis certain qu’il appelle ça des vacances) et des choristes (dont sa soeur, qui l’accompagne également sur l’album). Ça n’a pas empêché notre grand garçon d’occuper tout l’espace qui lui restait, de poser et de jouer les rock stars. Sur son 31 au début du spectacle (veston, chemise classe avec des boutons de manchette), notre ami Claude ne tarde pas à se dévêtir. Le veston prend le bord. Le temps de s’asseoir quelques instants pour chanter quelques chansons plus tranquilles, dont une à la lueur d’une chandelle avec sa soeur (qui a une fort jolie voix, au demeurant). Puis la chemise. Puis le chandail. Toujours de façon un peu théâtrale. Une fois en camisole, il déploie ses ailes d’ange magicien et offre une fleur à une jolie demoiselle qu’on devine être sa copine. Évidemment, Bégin ne maîtrise pas encore tout à fait son personnage de scène. Ses interventions au micro sont un peu décousues, mais le charme opère quand même. Et il y a ce brin d’autodérision derrière ce personnage grandiloquent, un peu à la manière d’un Josh Tillman (dans l’esprit seulement… la lettre, elle, est complètement différente). Mais quand il chante, il est totalement dans son élément. Faut l’entendre chanter Au 1036 (la meilleure chanson de l’album, et de loin), passer d’une voix plus grave à un chant en haut vol en quelques notes, pour comprendre toute la soul qui se trouve chez Bégin. Pour répondre à Geneviève Bouchard, du Soleil, non, Bégin n’a pas fini le concert nu (à la déception de certains fans… aux cris plutôt virils). Il l’a terminé bien habillé en chantant de vieux refrains de son passé. Ça a fait plaisir à tout le monde. Avant de partir, j’ai jeté un coup d’oeil à la foule : il est rassembleur, ce Bégin. Les fans de hip-hop étaient nombreux dans la place! Mais ils n’étaient pas seuls. Quelques têtes grises appréciaient le spectacle à côté des amateurs d’indie. Et nombreux ceux qui étaient allés voir Anatole au sous-sol (on vous en parle un peu plus tard) et qui sont montés pour cette première tout de suite après. J’ai l’impression que nous serons nombreux à l’accueillir le 9 juillet prochain alors qu’il aura l’honneur d’ouvrir le Festival d’été de Québec à la scène Hydro-Québec de la place d’Youville. À 18 heures. Il va faire beau. Promis. Photos : ecoutedonc.ca/Jacques Boivin   [gallery type="rectangular" ids="5557,5558,5559,5560,5561,5562,5563,5564,5565,5566,5567,5568,5569,5570,5571,5572,5573,5574,5575,5576,5577,5578,5579,5580,5581,5582,5583,5584,5585,5586,5587,5588,5589,5590,5591,5592,5593,5594,5595,5596,5597,5598,5599"]]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *