Critique : Basia Bulat – « Tall Tall Shadow »

L’auteure-compositrice-interprète torontoise Basia Bulat nous propose, ces jours-ci, son troisième album, Tall Tall Shadow, une offrande folk tout en douceur qui devrait satisfaire les fans du genre, tout en y ajoutant une pincée d’accessibilité qui devrait permettre à Bulat d’aller se chercher de nouveaux fans. L’artiste donne le ton dès la pièce titre, qui ouvre l’album. Tall Tall Shadow débute sur une mélodie au piano électrique, qui laisse rapidement le haut du pavé à la voix de Bulat, particulièrement soul pour l’occasion. La production, signée Bulat, Mark Lawson (qui a produit The Suburbs, d’un certain Arcade Fire) et Tim Kingsbury (dudit Arcade Fire), est impeccable et met en valeur la jeune artiste. Cet album ne fait jamais dans la facilité. Des chansons qui peuvent paraître monotones à la première écoute se laissent découvrir et apprécier lentement (Five, Four et It Can’t Be You sont de bons exemples). Les chansons plus rythmées sont très réussies, plus particulièrement Promise Not to Think About Love avec ses clap clap qui donnent le goût de danser, ou Wires, qui commence doucement mais qui prend rapidement beaucoup de rythme. La deuxième partie de l’album se veut beaucoup moins rythmée, mais les pièces ne sont pas moins intenses. La voix de Bulat dans Never Let Me Go donne des frissons. Tall Tall Shadow est un album franc et vrai qui se savoure doucement et qui prend vraiment toute sa valeur après plus d’une écoute. C’est comme une bière très maltée : ça prend un bout à apprécier, mais après, on ne veut plus rien savoir de la blonde à 6 $ la caisse de 6.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=gIhbxOlUIqc&w=480] Site Web : http://basiabulat.com/

Ma note : offset_8

]]>

1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *