Eleanor Friedberger
Last Summer
(Merge Records)

Chanteuse du duo Fiery Furnaces avec son frère Matthew, la New-Yorkaise Eleanor Friedberger il lancé il y a quelques semaines son premier album solo, Last Summer, un album tout en finesse qui démontre que Friedberger n’est pas qu’une (très) belle voix, elle sait également écrire et composer.

Pendant que de nombreux groupes indie pop tentent de recréer la magie des années 1980 et 1990, Friedberger réussit à être actuelle avec ses mélodies surprenantes et originales tout en étant étant intemporelle dans son instrumentation somme toute classique.

Le ton est donné dès les premières notes de la pièce d’ouverture, l’entraînante My Mistakes, qui démarre comme une chanson folk, mais qui se transforme en chanson pop très accrocheuse dès le refrain. « I thought I’d learnt from my mistakes, I thought he’d learnt from my mistakes, I thought you’d give me the right advice, I thought he let me in for one last time. »

Friedberger ralentit un peu le rythme à la deuxième pièce, Inn of the Seventh Ray, dans laquelle on retrouve une petite touche d’éléments électroniques s’ajouter au piano et à la guitare. Heaven, qui suit, a un petit côté entraînant et mélodieux qui serait fort probablement apprécié par un McCartney.

Une fois le ton donné et qu’on sait un peu plus à quoi s’attendre de Friedberger en ce qui a trait aux mélodies, on peut simplement déguster les chansons suivantes, parfois folk, parfois groovy, toujours nuancées, mais toutes belles jusqu’à la dernière. Surtout que plusieurs de ses chansons, comme un grand nombre de films de Woody Allen, sentent New York.

Si on pouvait reprocher une seule chose à Eleanor Friedberger, c’est le fait qu’on sent que la jeune femme ne veut pas qu’on la compare à Feist, St. Vincent ou Keren Ann, avec qui elle partage pourtant un grand nombre de qualités.

Comment pourrions-nous lui faire venir faire un tour, maintenant?