Les habitués du Pantoum se sont retrouvés une dernière fois avant l’été à l’occasion du double lancement de Jesuslesfilles et de Silver Dapple, vendredi dernier. Dans une atmosphère toujours aussi conviviale – et par chance sans trop de chaleur et d’humidité – on s’est entassés devant la scène, prêts à recevoir une bonne dose de rock.

 

Silver Dapple

Silver Dapple – Photo : Jacques Boivin

Silver Dapple a commencé la soirée avec un pop-punk de garage qui allait droit à l’essentiel. Simple, mais efficace, leur musique pouvait aussi prendre des tournures plus psychédéliques ou surf rock. Dans l’ensemble, ça donnait l’effet d’un rock assez dark et introspectif dont les allures pop, malgré tout, rappelaient l’exubérance de l’adolescence. On peut souligner la polyvalence des riffs et des rythmes, surtout pour un style de musique qui tend à être répétitif en soi.

Malgré quelques transitions plus ou moins habiles et l’aspect plutôt statique des quatre musiciens, les spectateurs ont semblé apprécier tandis que, hochant de la tête, ils écoutaient défiler les titres de « Moody Boots », le long-jeu que lançait le groupe de Montréal ce soir-là.

 

 

Jesuslesfilles

Jesuslesfilles – Photo : Jacques Boivin

De la première note à la dernière, Jesuslesfilles ne nous a pas laissé le temps de nous reposer une seconde. Débutant en force avec un punk rock uptempo et énergique, ils enchaînaient les pièces sans relâche, ponctuant le tout de brèves interventions bon enfant. Les musiciens semblaient être au meilleur de leur forme. Le batteur, tout d’abord, jouait avec une puissance étonnante qui poussait tous les autres musiciens à puiser dans leur intensité. Guillaume Chiasson (PONCTUATION), à la basse, jouait ses lignes avec précision. Sur cette base solide, guitares, clavier et percussions se lâchaient lousse. La sonorité plutôt nasillarde des voix de Martin Blackburn et de Yuki Berthiaume-Tremblay, qui scandaient les (importantes) paroles en français, surplombait le tout. De l’intensité en barre, on vous le confirme !

Au travers des titres de « Daniel », que nous faisaient découvrir le groupe, Jesuslesfilles a aussi joué quelques pièces tirées de ses précédents albums, pour le plus grand plaisir de leurs fans. L’enthousiasme était donc à son comble, si bien que le groupe s’est vu « obligé » de faire un rappel. Cela augure bien pour ceux qui, après avoir laissé passer quatre ans entre leurs deux albums, repartent maintenant en tournée pour présenter un opus au rock intense, mais aux contours rêveurs et ensoleillés.

Commentaires