Près de deux ans après la sortie de leur premier maxi, Floes présentait hier soir « Passionals », une nouvelle galette de cinq titres. Comme l’évoque son nom, l’album aborde les vicissitudes de la passion amoureuse dans un électro enveloppé de synthés et de soul. Les spectateurs se sont rapidement entassés dans les murs du Maelstrøm Saint-Roch jusqu’à remplir tous les interstices : c’était complet. Pour l’occasion, on avait même monté une petite scène au fond du café tandis que Kevin Savard avait préparé tout un attirail de jeux de lumière.

Une fois l’ambiance – et la chaleur – bien installée, les trois musiciens ont pris place derrière leurs instruments : Pier-Philippe Thériault a empoigné sa guitare électrique, Samuel Wagner s’est campé au micro et aux claviers tandis que Simon Tam activait toutes ses machines. En effet, si le premier disque était plus épuré sur le plan sonore, « Passionals » requérait de son côté plusieurs manipulations électroniques pour prendre vie devant nos oreilles.

 

Le groupe a commencé en force avec Elusive et, d’emblée, on a pu constater que le trio saurait rendre leur musique avec dynamisme sur scène. Ils ont ensuite enchaîné avec Showdown, simple tiré de « Shade & Mirror ». Alternant ainsi à quelques reprises entre nouveau et ancien matériel, Floes a su fignoler un spectacle complet et qui coulait bien. Mettant minutieusement en place leurs couches de sons, ils permettaient à Samuel Wagner d’y déployer sa voix comme d’autres s’approprieraient un terrain de jeu. Et parfois, ce dernier laissait simplement les devants à cette musique et à son flow accrocheur.

En cours de route, on a eu droit à la visite de quelques invités sur scène. Ghostly Kisses a notamment pris le micro (malheureusement pas assez amplifié) pour Last Night, tandis que les choristes Valérie Clio et Elisabeth Lefevre ont rejoint le groupe après les remerciements pour conclure la soirée. Alors qu’on les sentait plutôt fébriles au début de leur performance, les musiciens ont profité des deux dernières pièces pour mettre le paquet, livrant une version solide de Uprising ainsi que la langoureuse et groovy Come Back To Me.

 

Commentaires