Le 19 avril dernier, l’auteur-compositeur-interprète nord-côtier Michel Villeneuve lançait un premier album intitulé Grand’ marée devant un District Saint-Joseph rempli à craquer. L’artiste, qui roule sa bosse depuis une vingtaine d’années, propose des chansons folk-rock qui évoquent les grands espaces qu’on peut croiser en roulant vitres baissées sur la 138 entre Tadoussac et Sept-Îles.

S’il ne renouvelle pas le genre (on y reconnaît les influences, assumées, de Vallières et de Lanois), Villeneuve sait écrire de fichues belles chansons touchantes et personnelles, interprétées avec franchise et fredonnées par coeur par des spectateurs qui connaissaient visiblement bien l’artiste. On a beaucoup aimé ses chansons salines comme Mon seul équipage, qui donne envie de partir au large, ainsi que des pièces aux accents country-blues comme La brume. Les mélodies sont simples, mais fort efficaces, on se reconnaît bien dans les textes.

Entouré de musiciens chevronnés et bien connus sur la scène locale (Benoît Fecteau à la guitare, Martin Plante à la basse, Marie-Pierre Bellefeuille aux claviers et Jean-François Côté à la batterie), Villeneuve est particulièrement à l’aise sur scène, fruit de ses nombreuses années d’expérience. Il connaît ses forces et ses limites et les exploite très bien. Ses interventions, concises et droit au but, lui permettent de tisser facilement des liens avec les 3-4 personnes qui ne le connaissaient pas dans la salle.

Les fans de Vincent Vallières et de Patrice Michaud vont adorer.

 

Commentaires