Louize – « Imitation Gold »

On appréciait déjà la musique indie/folk planante du duo Fire/Works qui a lancé deux albums, Grand Voyageur et Shenanigans. Depuis novembre 2017, un changement de direction s’imposait pour le groupe, qui est maintenant devenue Louize.

Ils ont lancé Prémonitions, un premier simple en novembre lors de l’annonce, et déjà, on comprenait l’angle qu’ils souhaitaient prendre. Beaucoup plus rock, une basse plus présente, des chœurs mélodiques encore une fois, mais une belle évolution. J’aime beaucoup l’entièreté de l’album, mais j’avoue que cet extrait reste encore mon favori.

L’album Imitation Gold commence avec la pièce You Can Tell Me (anything you like) avec une combinaison guitare et batterie incroyable. Je dois avouer qu’après plusieurs écoutes de l’album, j’accroche encore sur cette pièce pour cette raison précise. Ça se retrouve sur chaque morceau, mais particulièrement sur celui-ci, le fait que chaque instrument est brillamment mis en valeur. À un moment précis, certains passages m’ont fait étrangement penser à des pièces des Beatles.

Louize continuent de nous offrir des rythmiques affreusement efficaces sur Marketing + Ads. Les voix de Jonathan Peters et de David Lagacé se mêlent vraiment bien à la musique et nous entraînent dans leur univers planant.

Sur Out of this, c’est plutôt le texte qui m’a marqué. D’une belle profondeur, j’y ai vu quelqu’un qui essaie de tendre la main à une personne qui ne va vraisemblablement pas bien. Cela m’a évoqué la santé mentale, qui est un sujet très actuel et pas assez souvent abordé. L’ensemble de leurs chansons y va de cette continuité sur l’album, elles abordent toutes des choses sombres. Même lorsque le début semble lumineux, comme sur My head is disco, il y a ensuite une tournure plus sombre. C’est conséquent avec leur musique, qui entraîne parfois le mélomane dans sa tête, à juste savourer les harmonies autant que chaque petite sonorité que l’on peut découvrir sur chaque chanson. Après plusieurs écoutes, je découvre toujours quelque chose de nouveau, ce qui montre à quel point chaque pièce est complexe.

Ça se termine avec Imitation Gold, qui va un peu ailleurs, avec quelque chose qui rentre dedans, où le folk est laissé de côté pour un bon rock alternatif qui se termine en douceur.

Ce que je remarque dans plusieurs pièces également, ce sont les brillantes montées de chaque chanson, qui n’ont pas de recettes précises. Lorsque j’ai discuté avec le groupe, il y a déjà un bon moment, c’est ce qu’ils me disaient justement et c’est vraiment ce qu’on peut lire dans ce nouvel album. Une belle pertinence des pièces, mais aucune n’a de formule qui se ressemble. Elles ont toutes une personnalité propre et c’est ce qui fait la beauté de l’œuvre.

Le groupe a justement lancé son album officiellement le 1er mars, au Théâtre Le Ministère à 19h00, bien qu’il soit disponible sur leur Bandcamp depuis déjà une semaine. Si vous souhaitez vous le procurer en version physique, c’est une clé USB or qui vous sera offerte, avec plein de belles surprises dessus.