50e Festival d’été de Québec – Notre bilan

Ouf!

Pour l’équipe d’ecoutedonc.ca, le 50e Festival d’été de Québec aura été riche en émotions de toutes sortes. Nous avons été presque partout, même lorsque nous n’avons pas écrit sur le sujet (comme au show de Metallica). Nous avons pris plus de 15 000 photos (et publié près de 1 000). Au total, nous avons vu un peu plus de 90 prestations d’artistes d’ici (surtout) et d’ailleurs. Pas mal pour une équipe 100 % bénévole qui a pour mandat de couvrir la scène locale et émergente et dont deux des membres sont tombés malades en cours de route (tout en demeurant au poste!).

Belle, belle scène locale!

Beat Sexü – Photo : Jacques Boivin

Comme promis, nous avons mis l’accent sur les artistes indépendants, émergents et, surtout, locaux. De Beat Sexü à Lesbo Vrouven, les artistes de Québec ont brillé. Sur toutes les scènes!

Vous vous en doutez sûrement, à force de les côtoyer régulièrement, on a tissé quelques liens avec plusieurs d’entre eux, certains plus forts que d’autres. Vous ne serez donc pas surpris si on vous dit qu’on avait un peu le motton de voir Gabrielle Shonk briller sur les Plaines et qu’on s’est bombé le torse à plus d’une reprise lorsque nous avons été témoins de la réaction du public à la prestation époustouflante de Gab Paquet au Carré d’Youville. Y’a de quoi! Fallait voir ces dames en première rangée, venues voir leur beau Michel Louvain, être conquises une à la fois par notre chanteur de charme préféré qui a vraiment tout donné.

Raton Lover – Photo : Jacques Boivin

De la Reine qui donne un des plus beaux concerts de sa courte existence à L’Anti, ça n’avait pas de prix! Pierre-Hervé Goulet, Émeraude, Mauves et plusieurs autres ont de leur côté séduit de nombreux passants à la scène Fibe. On a également bien ri de voir Sam Murdock, de Lesbo Vrouven, se la jouer « familial »! Harfang a su profiter de sa première partie de Groenland et The Strumbellas pour faire planer un nouveau public. Et Raton Lover n’a eu aucun mal à faire chanter et danser une foule déjà compacte avec son rock and roll EN FRANÇAIS!

Les Goules – Photo : Jacques Boivin

Et on ne parlera pas de la prestation déjantée des Goules en première partie de Lisa LeBlanc et des Cowboys Fringants… ah pis kin, oui, on en parle! Parce que Kouna comme meneur de foule devant la moitié du parterre, ignorant complètement une zone avant-scène relativement vide (cas classique) et lançant quelques flèches au Festival en passant, c’était punk à souhait. Pis Rabin qui nous refait le coup de la couille, devant un public qui n’en croit pas ses yeux… SA-VOU-REUX!

(On le sait, on oublie plein de noms… n’en soyez pas offusqués, vous étiez tous excellents!)

Sur leur lancée…

Orloge Simard – Photo : Jacques Boivin

On n’en revient toujours pas de la salle comble d’Orloge Simard à l’Impérial! Oui, les Baieriverains donnent tout un show, mais le public était d’un enthousiasme débordant! Les moshpits, la rame à 300 pour relever un gars tombé, le claviériste à vélo qui se jette sur la batterie, tout était complètement surréaliste! De façon plus tranquille, on a pu apprécier une fois de plus tout le talent de Lydia Képinski, majestueuse malgré la pluie. Samuele, qui la suivait, a montré qu’elle avait tout le talent nécessaire pour avoir une belle carrière devant elle, et ce, sans faire des tonnes de compromis! Sarah Toussaint-Léveillé en a touché plusieurs avec sa belle prestation. Heat a montré qu’un bon rock, bien efficace, était le meilleur remède contre la pluie qui menaçait pendant que Samito a fait réapparaître le soleil avec ses chansons métissées.

Francis Faubert – Photo : Jacques Boivin

On a beaucoup apprécié la capacité d’adaptation de Francis Faubert, qui a joué un peu plus mollo pour le public plus âgé (et difficile) qu’il avait devant lui. Et malgré une foule qui tardait à se pointer (The Who oblige), Chocolat a mis le paquet dans son mur sonore pour offrir une expérience dont les spectateurs se souviendront encore longtemps. Et Émile Bilodeau, déjà très hot, a montré qu’à 21 ans, il avait déjà conquis toute une génération de jeunes Québécois qui ne demandaient rien de mieux qu’un artiste à qui ils pouvaient s’identifier facilement.

Découvertes d’ailleurs

Brisa Roché – Photo : Jacques Boivin

Brisa Roché m’a séduit dès les premières heures du Festival. La jeune Américaine a su le faire avec sa pop éclectique, sa dégaine à la Björk et sa voix très soul. Bixiga 70 ont réchauffé la place d’Youville comme seul un big band brésilien peut le faire. Les gars de Lysistrata ont fait craquer notre collaborateur avec leur tronche d’adolescents et leur énergie incroyable. Mydy Rabycad a dépassé l’étiquette électro-swing qu’on lui colle dans la description donnée par le FEQ. Funky à souhait! DakhaBrakha, fort attendu, a livré la marchandise dans une prestation ma foi fort enlevante. Et colorée. Ce groupe a tellement pris du gallon depuis ma première expérience il y a trois ans! Le Belge Nicolas Michaux, qu’on a vu à sa deuxième prestation, a montré qu’on pouvait mélanger brillamment pop et chanson française.

Des valeurs sûres qui n’ont pas déçu

Desjardins, on l’aime-tu – Photo : Jacques Boivin

Desjardins, on l’aime-tu était un must pour tous les fans du grand Richard. Oui, il y avait quelques temps morts, mais les interprétations étaient toujours justes, souvent émouvantes à souhait. On a encore de nombreux frissons rien qu’en pensant aux Yankees, interprétée brillamment par Klô Pelgag et Philippe Brach. The Barr Brothers a dû se revirer de bord sur un dix sous en l’absence de Bassekou Kouyaté et Amy Sacko. Ils sont allés chercher quelques amis et offert une prestation remplie de jams de toutes sortes. C’était chaud! Et on a versé une larme à leur reprise de Us and Them.

Lisa LeBlanc – Photo : Jacques Boivin

Wolf Parade a bien répondu aux attentes monstrueuses de ses fans, malgré une foule un brin décevante (plusieurs avaient opté pour Kendrick Lamar, ce soir-là). Avec pas d’casque a offert une version écourtée, mais sans faute, de son spectacle. Du bonbon du début à la fin dans un Impérial Bell qui écoutait religieusement. Le Couleur en a fait danser plus d’un sur la scène Fibe pendant que le soleil se couchait. On est restés jusqu’à la fin tellement c’était délicieux, même si on a dû courir pour se rendre au spectacle suivant! Lisa LeBlanc a brûlé les planches de la scène Bell avec l’aide de Voivod, notamment dans une reprise à fond de train de Ace of Spades. Les Cowboys Fringants, toujours prêts à en donner plus, ont été jusqu’à sortir des clowns pour offrir une prestation haute en couleur et branchée sur le 220.

Men Without Hats – Photo : Jacques Boivin

Fred Fortin a brassé plus que d’ordinaire. Il faisait très chaud à l’Impérial Bell! Les Dales Hawerchuk ont saisi la passe et se sont dirigés au filet, où ils ont marqué sans aucune difficulté devant un public conquis d’avance grâce à leur rock bien pesant. Malgré quelques pépins techniques qui ont un peu gâché leur entrée en scène, les membres de Men Without Hats se sont bien repris, mélangeant sans aucune difficulté nostalgie et nouveauté. Pop goes the world, qu’ils disent! Les Trois Accords ont fait ce qu’ils font de mieux, c’est-à-dire se mettre à nu devant leur public avec leurs chansons extrêmement dynamiques et accrocheuses.

Yann Perreau – Photo : Jacques Boivin

Le dernier concert de Groenland à Québec a, bien entendu, été mémorable. La troupe menée par Sabrina Halde a présenté ses chansons lumineuses riches en émotions devant des gens qui préféraient la douceur au metal qui se faisait entendre sur les Plaines. Yann Perreau a encore une fois montré pourquoi il est une des plus grandes bêtes de scène du Québec en commençant dans la foule et en grimpant sur la structure de la scène Hydro-Québec… en plus d’offrir quelques-unes des chansons les plus électrisantes du festival.

Des légendes d’ici…

Michel Louvain – Photo : Jacques Boivin

Il faisait chaud à L’Anti pour la prestation d’Aut’ Chose. C’était plein de têtes grisonnantes qui ne demandaient rien de mieux que tripper avec Francoeur pis sa gang, qui en ont profité pour donner une prestation des plus inspirantes. Dans un tout autre registre, on vous avoue qu’il faisait chaud au coeur de voir Michel Louvain célébrer son 80e anniversaire sur scène. Il est encore particulièrement en forme, le bonhomme! Et il en aurait beaucoup à montrer côté classe à un paquet de jeunots!

Think big, stie!

Muse : Photo : Jacques Boivin

Évidemment, on n’a pas pu se retenir d’aller sur les Plaines à quelques reprises pour voir des têtes d’affiche, même si on a manqué le concert de Gorillaz (magique, dit-on!). Kendrick Lamar a commencé le festival du chialage (mérité) contre la zone avant-scène, mais une fois les quelques pépins techniques et autres réglés, il a offert une belle prestation. The Who a su montrer à deux générations comment on faisait ça, du rock! Metallica a fait comme il fait si bien chaque fois qu’il vient à Québec : deux heures et demi de gros metal bien solide qui a permis à de nombreux fans (et moins fans) de se défouler ben comme il faut. Enfin, on s’est gâtés pour la fin du FEQ avec Muse qui a offert une prestation dès plus solides, bien qu’un peu courte.

En résumé…

Le 50e Festival d’été de Québec est une réussite sur toute la ligne. Y’avait du monde partout, des sourires sur presque tous les visages, un plaisir contagieux, et j’en passe. On a la chance d’avoir ce festival d’envergure internationale ici, chez nous. Et ce festival profite de l’engouement suscité par les grosses pointures pour inviter le public à faire de nombreuses découvertes. Qui viennent d’ici et d’ailleurs. Juste pour ça, on lève notre chapeau.

Je ne sais pas si vous en êtes conscients, mais pour moins de 100 $, le Festival d’été est une véritable aubaine, même si vous ne courez pas les grandes scènes! Fred Fortin, c’est 30 $ en temps normal! Ajoutez-en 3-4 de même, et c’est déjà rentabilisé!

Remerciements

Tout d’abord, on doit remercier l’équipe du Festival d’été. Notamment l’équipe de la programmation, menée par Louis Bellavance et Arnaud Cordier, pour la magnifique programmation. Vous venez de rehausser la barre encore d’un cran. J’espère que vous en êtes conscients.

Nous aimerions surtout remercier l’équipe des communications, qui nous a encore une fois fait confiance malgré la relative petite taille de notre blogue et les demandes de médias qui fusaient de partout cette année. Bon, on a l’avantage de ne pas trop être dans les jambes vu qu’on passe le plus clair de notre temps là où les autres ne vont pas (dommage pour vous, vous ne savez pas ce que vous manquez, alors que nous, on sait ce qu’on sacrifie), mais c’est quand même une belle marque. Luci, Kenza, Roxane, Stéphanie et Carol-Ann, merci beaucoup pour votre soutien tout au long du Festival. Votre passion est contagieuse et je vous avoue que dans mes grands moments de fatigue, vous voir aller comme si c’était la première journée, ça me redonnait de l’énergie!

Merci à tous les artistes pour tous ces beaux moments!

Merci à ma belle équipe de collaborateurs réguliers et spéciaux. Marion (malgré ton OFF éreintant), Louis-Solem (rookie of the year!), Julien, Tatiana, Marie-Ève, Marie-Laure (qui a su nous dépanner en cas d’urgence) et Christian (qui a couvert tous les shows de la scène Hydro-Québec, sauf un, de son perchoir), je vous remercie du fond du coeur. Sans vous, j’aurais l’air d’une poule pas de tête ou, pire encore, d’un amateur. Grâce à vous, chaque fois que quelqu’un se plaint que les médias ne couvrent que les gros noms, je suis fier de mentionner que notre blogue est sorti des sentiers battus!

Enfin, merci à vous, lecteurs d’ecoutedonc.ca. Un média, c’est ben le fun, mais un média lu, c’est encore mieux!

Pour le FEQ, on se donne rendez-vous à la 51e édition (ou au 50e anniversaire, c’est selon) le 5 juillet 2018!

Sinon, restez des nôtres, notre couverture du Festif suit dans quelques instants!

commentaires
Chargement...