Photos : Marion Desjardins

Les festivals nous imposent un rythme. Dans notre cas, chez ecoutedonc.ca, c’est un rythme insoutenable, mais nous avons des oreilles tout terrain et des jambes d’acier pour rester debout, nous promener et danser toute la nuit. À mon arrivée à la Méduse, l’atmosphère est familiale; à force de se côtoyer pendant quatre jours et vivre des expériences intenses ensemble, des liens se créent. La grande différence entre le OFF et le FEQ: le OFF réunit la scène de musiciens et de mélomanes qui vont voir des spectacles à l’année longue, tandis que le FEQ contient beaucoup de moldus à la scène musicale. C’est super que de nouvelles personnes s’intéressent l’espace d’un instant aux spectacles, mais l’ambiance reste souvent passive. Au OFF, seuls des mélomanes avertis sont présents et écoutent, dans un silence religieux, les prestations formelles et participent en dansant lors des fins de soirées animées (pour vrai, vous êtes mon public préféré!).

Hier, pour la dernière soirée du OFF, je me suis gâté. J’ai vu tous les shows du plus beau festival en ville à partir de 18h jusqu’à 2h. Et pour vrai, ça a passé vite!

Compte rendu de cette ultime nuit de ce trop court festival.

Fou Bar, Isabelle Cormier

J’aime beaucoup les spectacles au Fou Bar : c’est familial, c’est chaleureux et le public est attentif. Plusieurs proches d’Isabelle Cormier étaient présents en début de soirée pour l’encourager à son premier spectacle solo. Lorsque Jean-Étienne Collin-Marcoux lui a demandé, il y a deux mois, si elle voulait jouer dans le cadre du OFF, la jeune musicienne n’avait alors aucune chanson. Hier soir représentait la consécration de deux mois de travail intensif. Isabelle Cormier a débuté le concert tout en intimité avec son violon, muni d’une pédale de loop, ainsi qu’avec divers effets planants. Cette introduction nous a plongés tout de suite dans une ambiance méditative, nous étions prêts à l’écoute. Isabelle Cormier nous a présenté tout au long de sa prestation, des textes très personnels, accompagnés à la guitare. On a eu droit à une fenêtre sur son parcours, ses peines et ses joies. Malgré un jeu de guitare encore fragile, ses enchaînements d’accords ainsi que ses mélodies étaient bien travaillés et représentaient très bien les années de formation musicale de l’artiste. La glace étant brisée, nous avons bien hâte de voir et de suivre la suite pour Isabelle Cormier.

Fou Bar, Val Thomas

Val Thomas a de l’expérience avec la scène. « Ce n’est pas son premier rodéo » comme on dit. Elle a sorti un premier single pour son projet cette année (on a très hâte au EP) avec une équipe du tonnerre (entre autres: Simon Pedneault et Josué Beaucage). Ancrée dans un folk franc et groovy, Val Thomas pousse ses chansons d’une voix solide et franchement entraînante. Sur scène, elle est accompagnée d’une équipe incroyable: l’excellent batteur jazz Kenton Mail, le directeur général du OFF lui-même Guillaume Sirois à la basse et le très agile Alexandre Pomerleau à la guitare électrique. Ce «all star band» de la ville de Québec est très solide et saisit tout à fait les besoins musicaux des compositions de l’auteure-compositrice-interprète. Bien que nous ayons affaire à d’excellents musiciens, je dois mentionner le travail remarquable d’Alexandre Pomerleau à la guitare, qui place toujours très bien ses interventions d’une pertinence remarquable. Tantôt folk-rock, tantôt folk-américain, Val Thomas reste fidèle à son style et l’exécute très bien avec de très solides compositions. Vous voulez la voir ou la revoir? Elle se produit sur la scène Fibe du Festival d’été de Québec le 14 juillet prochain à 17h.

Scène Fabrique Culturelle, Wizaard

«Fun, Fun, Fun with the Wizaard» chantaient les membres de la formation rock de Montréal en ouverture de leur prestation devant l’église Saint-Jean-Baptiste colorée de rose par le coucher du soleil. Le groupe se présente comme une formation de rock psychédélique. Muni de guitares aux sons clairs et métalliques, qui nous rappelaient les années 60, ainsi que d’un synthétiseur complétant le son rétro, le quintet a joué leurs compositions qui baignent dans un son nostalgique. Psychédélique-rock, funk-rock, beach-rock, space-rock, sexy-kitsch-rock, la formation aborde toutes les formes du rock de l’époque avec un son toujours très brillant et franc.

 

Scène Fabrique Culturelle, Ensemble AfroVibes

Il n’y a pas eu souvent autant de monde sur la scène du Parvis de l’église pour un show du OFF. Il faisait chaud, il faisait beau, le monde était prêt à danser sur les rythmes africains. Réunissant des musiciens provenant du Québec, de la Martinique et d’Haïti, l’ensemble AfroVibes rallie le jazz, les rythmes latins ainsi que des mélodies inspirées des Voodoo Haïtiens. Leur musique, c’est le soleil, c’est la sangria sur le bord d’une plage, c’est le sable blanc au coucher du soleil. Elle me rappelait un peu l’excellent groupe de reggae Third World.  Les saxophones, percussions, guitare, basse et drums ont fait danser le public dans cette fête tropicale.

 

Méduse, Studio d’essai, Etienne Mason

Pour ouvrir cette dernière soirée à la Méduse (j’étais un peu ému), Etienne Mason a présenté des compositions minimalistes aux drums, en solo. Le percussionniste a joué avec APigeon, Mathieu Bérubé, Laura Babin, avant de partir son projet solo. Dans un minimalisme transportant, Étienne gère les synthétiseurs ainsi que des bandes sonores pour créer des univers existentiels. L’artiste a fait une grande recherche sur les sons pour préparer ce spectacle. Un élément très intéressant est le bouquet de coquillages posé sur le snare, qui procure un son unique à son ensemble de percussions. On pourrait qualifier sa prestation de messe percussive, en raison du synthé grave et rond nous rappelant un contexte religieux et les percussions qui ancrent le tout dans des rythmes lourds. Une performance vraiment intéressante qui a très bien ouvert la soirée.

 

Méduse, Salle Multi, New Fries

Ce rock défoulant et étrange a envahi la salle Multi de la Méduse devant une foule grandissante. Épris d’une transe performative, le groupe jouait très fort des riffs répétés comme des mantras jusqu’à la folie. Au menu: cris, déhanchements, renversements de drums, bière crachée… tous les éléments d’un groupe trash étaient réunis. Un mélange de transe agitée et de défoulement pur a saisi la foule. Dans une musique très bruyante et quasi industrielle, la chanteuse, Anr Stefania Spadafora, criait des paroles incompréhensibles aux accents tribaux en bougeant, comme possédée. La finale épique de cette très courte présentation a laissé tout le monde en haleine. On en aurait pris plus!

 

Méduse, Studio d’essai Les Martyrs de Marde

Créature hautement dérangeante et provocante, Les Martyrs de Marde, revêtus de leurs costumes ecclésiastiques ont débuté par une introduction en rituel démoniaque. Éclairés de seulement trois lampes rouges, le groupe en costume trash semblaient prêt à tout casser. Les cris rauques du chanteur Frère Foutre et l’agressivité du reste du groupe semblaient tout droit sortis d’un film gore. Dans une ambiance apocalyptique, le groupe punk déplace de l’air, provoque. Cette proposition audacieuse inflige aux spectateurs le même traitement qu’un film d’horreur, un inconfort franc et un mal de ventre bien senti. D’ailleurs plusieurs personnes, dont moi-même, ont quitté la salle et ont préféré l’air extérieur ou encore le sympathique hall d’entré de la Méduse à ce spectacle perturbant.

 

Méduse, Salle Multi, Poirier Migration Soundsystem

Après l’expérience troublante du Studio d’essai, le party était au rendez-vous à la Salle Multi. L’afrohouse énergique de Poirier a tout de suite allumé la piste de danse de la Salle Multi. Les festivaliers en ont profité pour se défouler une dernière fois à la Méduse avant la fin du festival. Les deux danseuses présentes sur scène étaient vraiment impressionnantes et ajoutaient un élément visuel sensationnel à ce spectacle qui détonnait un peu dans la programmation du OFF, mais quand même très pertinent pour cette dernière soirée de festivités. Les deux rappeurs présents sur scène ont animé la foule en nous faisant chanter et crier.

Après un discours improvisé de Guillaume Sirois, le hall d’entrée de la Méduse est resté ouvert jusqu’aux petites heures du matin pour permettre aux survivants de la soirée de continuer à célébrer une dernière fois.

Merci beaucoup à toute l’équipe d’organisation du OFF pour leur superbe programmation, aux groupes qui ont participé et surtout au public incroyable qui s’est déplacé. Cette 14e édition a vraiment été épatante et j’ai maintenant adopté la sauce OFF pour toujours.

Heureusement, la folie n’est pas terminée, on se voit ce soir dans un show du FEQ près de chez vous!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Commentaires