[ALBUM] Lubik – « Vivant »

Lubik est un groupe originaire de La Sarre en Abitibi. Dernièrement, le 12 mai 2017, ils ont sorti leur deuxième album studio en carrière, Vivant, où, la très forte majorité du temps, ils amènent des influences de punk et de rock heavy. On s’en rend compte dès la première chanson, One Shot Deal, Pt. 1, qui vous indique tout de suite ce à quoi va ressembler presque le restant de l’album. Leur style de musique est à mi-chemin entre Vilain Pingouin, groupe de rock culte de l’histoire du Québec, et Les Vulgaires Machins, qui joue dans le punk plus heavy.

Lors de l’écoute des onze chansons de l’album, on sent que Lubik tente d’amener diverses influences à sa musique pour éviter de tomber dans la redondance, comme par exemple lorsque l’on écoute la troisième chanson de l’album, Everest, où l’on peut entendre au début de la chanson le chanteur seul avec une guitare acoustique. Dans la septième chanson, One Shot Deal, Pt. 2, on assiste à une pièce instrumentale bien montée; une pièce qui commence tranquillement, et à laquelle au fur et à mesure que la pièce avance, on entend le rythme accélérer. Elle n’est pas sans rappeler certaines chansons de Nirvana, avec son intro un peu grunge. Dans la chanson suivante, Sunshine, la pièce a un rythme un peu plus lent, mais on écoute une chanson qui fait du bien, qui n’est pas déprimante, de par les paroles. L’avant-dernière pièce de l’album, une autre pièce instrumentale qui se nomme L’infarctus, est un solo de piano de presque 3 minutes; c’est une pièce très étonnante, qui nous sort de la zone dans laquelle l’album nous a mis tout du long. En écoutant cette pièce-là, qui est très sombre, on comprend le groupe Lubik qui nous dit qu’il tire certaines influences du grand artiste également d’Abitibi, Richard Desjardins, car elle fait très « musique classique », et Desjardins a reçu une formation classique pour son jeu de piano. Cette pièce détonne par rapport aux autres, cela va sans dire, mais elle est quand même judicieusement placée et utilisée dans l’album, car elle est jointe avec la pièce suivante et dernière de l’album, Apocalypse; les deux pièces ensemble mettent un beau point d’exclamation sur l’album!

Pour conclure, c’est un bon album dans l’ensemble pour qui aime le punk, bien évidemment. Personnellement, j’apprécie quand un album me sort de ma zone de confort, me surprend, et c’est réussi pour une certaine partie de l’album, avec des pièces comme, notamment, L’infarctus, Sunshine, One Shot Deal, Pt. 1 & Pt. 2, Everest. C’est un groupe qui n’est pas sans rappeler certains grands artistes du Québec, comme les Vulgaires Machins, Richard Desjardins, notamment. Bonne écoute!

Laisser un commentaire