[SPECTACLE] Perdrix + Garnotte (+Digit: Missile Command), Le Magog, 18 mai 2017

Photo: Erika Essertaize

Nous nous sommes rendus au bar Le Magog jeudi dernier pour assister à l’illustre rock tour des groupes montréalais Perdrix et Garnotte, dont le deuxième arrêt de leur tournée québécoise se faisait à Sherbrooke. Ce fut une soirée haute en couleur qui terminait parfaitement la journée nationale du Bloody Caesar.

Photo: Erika Essertaize

En guise de première partie, on a eu droit à un DJ set complètement déjanté, gracieuseté de Digit: Missile Command. L’artiste montréalais, un véritable showman, était en feu et enchaînait les beats de manière effrénée, tout en rappant dans le micro et en dansant comme s’il n’y avait pas de lendemain (d’ailleurs, il faut s’excuser pour l’unique photo un peu stagée que nous avons de lui, il était flou sur toutes les autres!). Nous avions vu le maestro opérer il y a quelques mois en première partie de Lesbo Vrouven à la Petite Boîte Noire, et il n’y a pas à dire, Digit: Missile Command est fidèle à lui-même à chaque performance : énergique, ludique, charismatique, absurde et 100 % efficace. Vivement son retour en sol estrien.

Photo : Zachary Leblanc-Lavigne

Par la suite, c’était au tour de Perdrix à monter sur la scène (complètement bizarre, mais caractéristique) du Magog, qu’ils occupèrent franchement bien. Les sœurs Harel-Michon forment un duo redoutable en prêtant leurs voix aux compositions indie du groupe, compositions vraiment solides qui méritent d’être écoutées et réécoutées. Outre l’amitié évidente des musiciens, la grande force du groupe réside dans sa personnalité, singulière et magnétique. C’était avec les yeux rivés sur les musiciens qu’on pouvait réellement voir le plaisir qu’ils avaient à donner un bon show.

Photo: Zachary Leblanc-Lavigne

Leur musique, tantôt rock, tantôt funk, pouvait être douce pendant un petit bout, puis exploser sans préavis, ce qui rendait les chansons excitantes. Et c’est à l’image de l’arme secrète de Perdrix : les paroles. Francophones, intelligentes, drôles et parfois acerbes, les paroles de Perdrix sont résolument excitantes (même que leur prestation contenait une « apogée sexu » incroyable) et modernes. Un groupe à surveiller… et l’une des nos plus belles découvertes à Sherbrooke cette année.

Pour finir, c’est le groupe Garnotte, également francophone, qui a fait son apparition sur scène. Les musiciens étaient solides et favorisaient souvent les passages instrumentaux aux refrains chantés.

Photo: Zachary Leblanc-Lavigne

Les compositions comprenaient plusieurs détours prog-rock dans lesquels les solos de guitare prédominaient. Les sonorités aériennes des claviers étaient superbes; les solos d’orgue Hammond l’étaient encore plus. C’est durant cette performance que les spectateurs du Magog purent entendre sans doute la meilleure/pire blague de la soirée, lancée par le chanteur et guitariste David Bourbonnais : « Qu’est-ce qui donne le goût au Pepsi? Le s, sinon ça goûterait le pepi! » (pas le clou du spectacle, mais moi, je l’ai trouvée drôle!). Le groupe termina la soirée avec sans doute la chanson la plus blues de leur répertoire, et je dois admettre que le style leur allait étonnamment bien.

Au final, ce fut une excellente soirée, et nous nous sommes beaucoup amusés. Surveillez les dates du rock tour : si les groupes passent par chez vous, on vous recommande chaudement d’aller les voir!

Laisser un commentaire