[ENTREVUE] Ludovic Alarie

459
Ludovic Alarie, Le Cercle 11 novembre 2016

Il y a trois ans, Ludovic Alarie présentait un bouquet de chansons fragiles et magnifiques sur son premier album éponyme. Ses compositions baignent dans un folk riche mélodiquement et teinté par de brillantes collaborations avec entre autres Adèle Trottier-Rivard et Warren Spicer qui officie habituellement au sein de Plants & Animals. Alarie récidive avec L’appartement, son deuxième album solo enregistré par le même trio, mais de façon différente. Nous en avons donc profité pour discuter avec le principal intéressé du processus créatif entourant cette nouvelle parution.

Une approche nouvelle

Ludovic mentionne d’emblée qu’il s’est présenté à la session d’enregistrement avec des progressions d’accords qui lui permettraient d’improviser en studio avec les musiciens. « Souvent on a gardé la première « take »; quand je crée quelque chose, je trouve que la première fois que tu le joues reste la plus unique et souvent la meilleure. » C’est avec Adèle et Warren que Ludovic peaufine les arrangements; les deux sont donc très présents sur l’album. « Il y a toujours deux guitares sur les pièces, l’une c’est moi, l’autre c’est Warren. On a pas mal les mêmes goûts et les mêmes références. On n’a pas besoin de trop en parler, quand on joue ça vient naturellement. » Une place beaucoup plus importante a été laissée aux claviers et c’est lors des sessions initiales que ces textures construites autour d’échantillons vocaux ont été trouvées. Puisque les pièces ont été bâties sur des improvisations instrumentales, on retrouve beaucoup de passages sans paroles sur la version finale du disque, dont 3 courtes pièces entièrement instrumentales.

Un peu de lumière

Lorsque je lui fais remarquer que le début de l’album est plus lumineux que ce à quoi il nous avait habitués, il poursuit: « Les trois premières pièces n’étaient pas supposées être sur l’album. On les a montées entièrement en studio. C’est un peu un hasard [ce côté plus lumineux]. Ce sont de belles surprises qui peuvent arriver en studio. »

À l’image de la pièce Mon Tendre sur le premier album, Sang-Froid se retrouve dans deux incarnations différentes sur l’album. « Je trouvais que la version avec le band était trop rapide, j’ai donc refait une autre version que je trouvais finalement trop lente. Comme les deux versions sont différentes, j’ai décidé de mettre les deux. Ça faisait aussi un petit clin d’oeil au premier disque. »

L’album a donc été enregistré sur 3-4 jours avec la participation de musiciens supplémentaires, dont le bassiste Mishka Stein (Patrick Watson) et le batteur Matthew Woodley (Plants & Animals). Après ces sessions d’enregistrement, Ludovic a passé environ 3 mois à ajouter des paroles et à enrichir les pièces en ajoutant des « overdubs ». On pourrait croire qu’il est quelque peu angoissant de n’avoir que quelques jours pour créer un album, mais Ludovic se montre plutôt zen: « Le fait que je sois avec des musiciens que j’adore et que j’admire facilite beaucoup cet aspect ».

 Questionnaire musical en vrac:

Quelle est ta façon favorite d’écouter de la musique?

Quand je m’endors.

Quelle serait la chanson parfaite pour un roadtrip?

 Attends, il y en a plein… Jim Cain de Bill Callahan.

Quel est ton disque favori de 2016?

 Le meilleur disque de 2016 c’est David Bowie, mais l’artiste que j’ai le plus écouté en 2016 c’est Sun Kil Moon. J’aime beaucoup les artistes où tu peux choisir quelle période tu veux écouter et ensuite écouter un album plus ancien et retrouver ce que tu aimes de l’artiste malgré l’évolution.

Si tu pouvais choisir un artiste qui sortirait un album en 2017 quel serait-il?

 Je sais que Sun Kil Moon sort un album double bientôt, j’ai très hâte. Sinon il y a Bill Callahan qui serait dû pour un album.

As-tu des goûts musicaux que tu assumes moins?

 Non, j’écoute beaucoup de R&B et de Hip-Hop dans les dernières années, mais ce n’est pas quelque chose que j’assume moins… C’est juste différent de ma musique.

Te rappelles-tu du premier concert marquant que tu as vu dans ta vie?

 Oui, c’était Malajube au Club Soda. J’avais vu The Police la veille au Centre Bell. Le lendemain c’était le show de Malajube et j’en revenais pas comment j’étais proche de la scène. Ça m’avait marqué l’énergie dans une petite salle.

Si tu pouvais revenir en arrière et vivre n’importe quel show dans l’histoire, qu’est-ce que tu choisirais?

C’est quoi le show que j’aimerais voir? Attends, il faut que j’y pense 2 secondes… [longue hésitation] Je sais vraiment pas… sûrement un show de Neil Young dans les années 70. Il y a le live at Massey Hall qui est vraiment bon, il est seul avec sa guit acoustique.

Ludovic Alarie, L’appartement sort aujourd’hui, le 27 janvier, sur Coyote records.

Laisser un commentaire